Casque obligatoire à vélo – Pour & contre la protection de la tête

Casque de protection pour les cyclistes : obligatoire ou facultatif ?

C’est une question de croyance : alors que de nombreux cyclistes ne jurent que par le casque et n’enfourcheraient jamais leur vélo sans cette protection pour la tête, il existe encore de nombreux cyclistes qui renoncent délibérément au casque lorsqu’ils font du vélo. Mais que dit la loi sur le port du casque en vélo ? Le port du casque est-il obligatoire en France? Quels sont les arguments pour et contre le port du casque à vélo ? Qu’en est-il de l’obligation de porter un casque à vélo à l’étranger ?

FAQ : Port du casque obligatoire pour les cyclistes

  • Le port du casque est-il obligatoire en France pour les cyclistes ?
    En France seul les enfants de moins de 12 ans ont l’obligation porter un casque. Une amende ne peut donc pas être infligée aux cyclistes qui ne portent pas de casque.
  • Pourquoi est-il utile de porter volontairement un casque ?
    En cas d’accident, le casque peut éventuellement contribuer à réduire les blessures. Nous avons rassemblé ici d’autres arguments en faveur du port ou de l’obligation du casque à vélo.
  • Quelles sont les règles en vigueur à l’étranger ?
    Pour savoir dans quels pays le port du casque est obligatoire pour les cyclistes, cliquez ici.

Existe-t-il une obligation générale de porter un casque pour les cyclistes ?

En France, le port du casque est obligatoire pour les cyclistes de moins de 12 ans. Par conséquent, il ne s’agit pas d’une infraction au code de la route ou au code de la route. En revanche, il est généralement recommandé de porter un casque à vélo.

La majorité des cyclistes estiment qu’une réglementation légale n’est pas nécessaire. La plupart des cyclistes décident de leur propre chef de porter ou non un casque en fonction de leur propre évaluation des risques et des situations concrètes.

Débat sur le port obligatoire du casque : pour et contre

Le camp est divisé et il est difficile de trouver un consensus sur le thème du port obligatoire du casque à vélo. En effet, il existe des études qui plaident clairement en faveur du port du casque à vélo, mais aussi des études qui donnent des résultats diamétralement opposés. Ainsi, le port obligatoire du casque pour les cyclistes est et reste très controversé et l’utilisation d’un casque à vélo est laissée à l’appréciation de chacun. Vous trouverez ci-dessous une comparaison des arguments pour et contre des partisans et des opposants, en rappelant qu’en fin de compte, chaque cycliste est responsable de sa propre santé.

Pour le port obligatoire du casque : les arguments en sa faveur

  • Le port obligatoire du casque à vélo permettrait de minimiser le risque de blessures à la tête en cas d’accident.
  • Selon les experts, le port du casque permettrait d’éviter environ 80% des lésions cérébrales graves en cas d’accident de vélo. De nombreux chirurgiens spécialisés en traumatologie sont également favorables au port obligatoire du casque à vélo.
  • Les pays qui ont introduit le port obligatoire du casque à vélo (par exemple l’Australie et certains États américains) ont constaté une diminution globale du nombre de blessures à la tête. Cependant, l’introduction du port obligatoire du casque a également réduit le nombre de cyclistes, ce qui explique la diminution des blessures.
  • Lors des manifestations cyclistes, le port du casque est parfois imposé par les organisateurs. Dans la police également, les fonctionnaires qui font du vélo dans le cadre de leurs fonctions doivent porter un casque.

Contre le port obligatoire du casque : les arguments

Rendre le port du casque obligatoire pour les cyclistes entraînerait des effets secondaires indésirables qui réduiraient ou annuleraient l’effet protecteur des casques, voire créeraient parfois de nouveaux problèmes.

  • Rendre le port du casque obligatoire pour les cyclistes pourrait avoir pour conséquence de réduire le nombre de personnes qui choisissent de faire du vélo. Cela entraînerait un risque plus élevé pour les cyclistes restants. En effet, les erreurs de comportement des automobilistes sont à l’origine de graves accidents de vélo, mais un plus grand nombre de cyclistes entraînerait une diminution du risque pour un seul cycliste. En effet, plus les cyclistes sont nombreux sur la route, moins ils sont susceptibles d’être ignorés par les autres usagers de la route (selon le principe « Safety in Numbers »). Par analogie, une baisse de l’utilisation du vélo entraînerait une augmentation de la mise en danger de certains usagers de la route et, statistiquement, une hausse du nombre d’accidents par cycliste.
  • Le casque peut contribuer à la sécurité, mais il ne s’agit pas d’une panacée, car le simple fait de porter un casque ne rend pas la pratique du vélo plus sûre.
  • Rendre le port du casque obligatoire pour les cyclistes pourrait entraîner différents risques qui pourraient annuler l’effet protecteur du casque : le port du casque donne un sentiment de sécurité, qui pourrait à son tour conduire à un comportement plus risqué à vélo (compensation du risque) ; il pourrait entraîner une modification du comportement plus risqué des autres usagers de la route, notamment sous la forme d’une réduction des distances lors des dépassements ; selon le type d’accident, le casque cycliste peut entraîner un risque accru de blessures ; par exemple, il y a débat sur le fait de savoir si le casque augmente les accélérations de rotation de la tête en cas d’accident grave ; en outre, ni le visage ni la mâchoire ne sont couverts par le casque et il existe un risque accru de blessures à la mâchoire.
  • Chez les cyclistes qui ne souhaitent pas porter un casque volontairement, on observe que le casque est mal ajusté ou qu’ils portent des casques inadaptés.
    Le port obligatoire du casque à vélo chez les enfants ne pourrait être accordé avec certitude que s’ils sont surveillés. Cela pourrait à son tour limiter l’envie des enfants de faire du vélo de manière autonome.
  • Le non-respect de l’obligation de porter un casque entraînerait des pénalités/amendes qui, dans la pratique, sont difficiles à sanctionner. Pour les enfants en particulier, les sanctions ne seraient ni souhaitables ni réalisables.
  • Plutôt que d’imposer des règles strictes, il faudrait améliorer l’information et l’éducation. En outre, l’amélioration de l’infrastructure routière, des règles de circulation plus favorables aux cyclistes et, de manière générale, une plus grande considération pour les cyclistes contribueraient à améliorer la sécurité.
  • Le port obligatoire du casque aurait un impact significatif sur la culture cycliste d’un pays.

Le port du casque à vélo obligatoire à l’étranger?

Il n’y a pas qu’en France que les avis divergent sur l’obligation générale du port du casque pour les cyclistes. En effet, dans de nombreuses régions d’Europe et d’outre-mer, les réglementations sont loin d’être uniformes. Ainsi, en Europe, seules l’Espagne, la Finlande et Malte imposent une obligation légale pour tous les groupes d’âge, alors qu’en Autriche, en Suède ou en République tchèque, seuls les enfants et les adolescents doivent porter un casque à vélo. En outre, il existe également des différences dans l’application ou les amendes. En effet, alors que le barème des amendes en Espagne prévoit jusqu’à 90 euros pour les infractions, vous risquez 55 euros en Suède.

L’aperçu sur les différents pays et l’obligation de porter un casque.

  • Allemagne : Pas de port de casque obligatoire.
  • Autriche : les enfants de moins de 12 ans doivent porter un casque.
  • Suède : les enfants de moins de 15 ans risquent une amende de 55 euros s’ils roulent
  • sans casque.
  • République tchèque : les enfants et les adolescents de moins de 18 ans sont concernés.
  • Estonie : s’applique aux moins de 16 ans.
  • Islande : les enfants de moins de 15 ans.
  • Slovaquie : Sont concernés les enfants de moins de 15 ans et les cyclistes qui roulent en
  • dehors des agglomérations.
  • Israël : les enfants et les jeunes qui n’ont pas encore atteint l’âge de 18 ans.
  • Japon : s’applique ici aux moins de 13 ans.
  • Australie : toute personne circulant à vélo doit porter un casque.
  • Espagne : une amende de 90 euros est infligée aux cyclistes qui ne portent pas de casque
  • en dehors des agglomérations. Des exceptions sont prévues pour les longues pentes ou
  • lorsqu’il fait très chaud à l’extérieur.
  • Croatie : Les jeunes de moins de 16 ans sont concernés.
  • Lituanie : Le casque est obligatoire jusqu’à l’âge de 18 ans.
  • Malte : tous les cyclistes doivent porter un casque.
  • Finlande : tous les cyclistes doivent porter un casque.
  • Nouvelle-Zélande : Tous les cyclistes qui ne portent pas de casque doivent payer 30 euros.
  • Slovénie : Le casque est obligatoire pour les moins de 15 ans.
  • Afrique du Sud : tous les cyclistes doivent porter un casque.
  • Corée du Sud : le port du casque n’est plus obligatoire à partir de 13 ans.
  • États-Unis : dans 38 États, l’obligation s’applique généralement aux enfants et aux adolescents de moins de 16 ans.

Articles connexes

Commentaires

Partager l'article

Derniers Articles