Faire le mont Ventoux en vélo de course 🚲

Amandine
Amandine
Le vélo est devenu une passion très jeune. Je suis également guide local pendant la période estivale. Cela me permet d'être au contact des personnes ce que j'aime beaucoup.

Partager l'article

Il y a des montagnes dont le nom suffit Ă  susciter l’admiration des cyclistes de course. Des montagnes dont on a directement des images et des histoires en tĂŞte et qui figurent sur la liste des choses Ă  faire de très nombreux cyclistes. L’une d’entre elles est sans aucun doute le Mont Ventoux. Le gĂ©ant de Provence avec son sommet dĂ©nudĂ© caractĂ©ristique.

Pourquoi faire le mont Ventoux Ă  VĂ©lo?

Le Mont Ventoux Ă©tait Ă©galement en tĂŞte de liste pour moi, car c’est vraiment une montagne particulière, tant par son aspect que par les drames qui s’y sont dĂ©roulĂ©s. Enfin, cette montagne crĂ©e toujours de nouveaux hĂ©ros : En effet, celui qui rĂ©ussit Ă  gravir la montagne d’un seul coup (au moins une fois) des trois cĂ´tĂ©s est admis dans le club des fous, les CinglĂ©s du Mont Ventoux, avec certificat et plaque très officiels.

La route vers le Mont Ventoux

C’est avec un mĂ©lange de nervositĂ© et d’anticipation que je me mets Ă  rouler sous un ciel bleu Ă©clatant. Je part un peu au sud de Carpentras, Ă  environ 70 mètres d’altitude, et j’ai exactement 50 kilomètres Ă  parcourir avant d’atteindre le sommet du Ventoux, Ă  1909 mètres au-dessus du niveau de la mer. Jusque-lĂ , il n’y a en fait que de la montĂ©e, d’abord presque imperceptible, puis de plus en plus raide. Mais tout d’abord, je pĂ©dale assez tranquillement vers la montagne, sur des routes secondaires et Ă  travers de petits villages. Le paysage est magnifique. Au bout d’une douzaine de kilomètres, je franchis une petite crĂŞte et la voilĂ  qui se dresse devant moi, dans toute sa splendeur.

Une immense Ă©lĂ©vation avec beaucoup de verdure, dont seul le sommet semble presque blanc si blanc qu’il pourrait presque s’agir de neige. Un spectacle que l’on a dĂ©jĂ  vu tant de fois Ă  la tĂ©lĂ©vision et en images. Mais en direct et avec la perspective de faire de l’escalade, c’est encore autre chose et tout de mĂŞme assez impressionnant. Et mĂŞme si nous savons que le sommet se trouve Ă  environ 1800 mètres au-dessus de nous, il n’a pas l’air si haut que ça.

Mont ventoux

Les premiers panneaux annoncent Bédoin. Les choses sérieuses commencent donc.

Une montée très longue et très raide

J’arrive enfin enfin sur la montĂ©e principale. Celle-ci nous accueille directement avec de forts pourcentages de pente et cela ne va pas s’arrĂŞter pendant les 10 kilomètres suivants. Car oui. Tout ce que l’on entend est vrai. La montĂ©e est assez implacable. Il n’y a pas de rĂ©pit, pratiquement jamais en dessous de 8%, mais ça grimpe jusqu’Ă  13%. Mais d’une certaine manière, mon optique semble un peu dĂ©rĂ©glĂ©e, car cela n’a pas l’air si raide, c’est mĂŞme plutĂ´t inoffensif si l’on regarde la route qui serpente Ă  l’ombre des arbres d’automne. C’est plutĂ´t idyllique.

Mais les jambes et le compteur de vĂ©lo ne mentent pas. De plus, toutes les voitures qui arrivent en face sentent assez mauvais les freins chauds. Je pĂ©dale donc et après quelques kilomètres, j’aimerais bien trouver un bout de plat. Mais cela n’arrive pas. Vraiment pas. MĂŞme pas très brièvement. Ouf !

Chaque kilomètre jusqu’au sommet est indiquĂ© par une pierre sur le bord de la route. Pourtant, je ne veux pas savoir Ă  quel point un kilomètre passe lentement. Je commence Ă  rĂŞver de faire demi-tour. Ou de m’allonger sur le bord de la route et d’attendre que quelqu’un vienne me chercher.

Mais je veux dire : Je suis quand mĂŞme au Mont Ventoux ! Ça fait vraiment un moment que j’en rĂŞve. En plus, d’autres font ce truc trois fois de suite et je commence Ă  me dĂ©gonfler dès la première montĂ©e ? Pas question. Continue, continue Ă  pĂ©daler. Et puis, le Chalet Reynard doit bien arriver un jour. Je ne sais pas encore exactement ce que c’est, mais la montĂ©e devrait ĂŞtre un peu plus agrĂ©able après. C’est une motivation suffisante.

 

Chalet Reynard

Chalet_Reynard_près_du_Mont_Ventoux

Quelques tours de manivelle, mĂŞme pas ronds, plus tard, le Chalet Reynard apparaĂ®t devant moi. C’est un restaurant ! Un endroit cher etbondĂ©, mais je veux dire : il y a du coca ! Et des gâteaux ! Et des sièges ! Il y a peu de meilleurs endroits au monde en ce moment.

Alors que je n’ai croisĂ© qu’une poignĂ©e de cyclistes sur le trajet jusqu’ici, ici, ça grouille de cyclistes de course, de cyclistes Ă©lectriques, de VTTistes. Les deux montĂ©es de BĂ©doin et de Sault se rejoignent ici, et celle de Sault semble ĂŞtre plus frĂ©quentĂ©e. Ou alors j’Ă©tais Ă  deux doigts de rattraper tout le monde.

Il reste encore six kilomètres jusqu’au sommet. Ă€ partir d’ici, je rentre dans le fameux dĂ©sert de roches le « paysage lunaire » et Ă  partir d’ici, le sommet apparaĂ®t toujours au bout de la route, alors qu’auparavant, les arbres cachaient toujours l’horizon. Tout cela me semble en quelque sorte follement familier, après tout, cela a vraiment l’air aussi lunaire qu’on le connaĂ®t. En mĂŞme temps, cette route qui traverse ce paysage blanc et surrĂ©aliste est aussi très bizarre et irrĂ©elle.

Bien que la pente soit devenue un peu plus supportable depuis le Chalet Reynard, les jambes commencent à être lourdes. Et la perspective du dernier kilomètre escarpé me rend encore plus fatigué. Nous avons même de la chance, car nous sommes relativement épargnés par le fameux vent de face.

Passage devant le monument Tom Simpson

Le virage devient de plus en plus difficile, le sommet se rapproche de plus en plus. Mais il doit y avoir…. aaah, c’est lĂ  ! Le monument Ă  Tom Simpson, Ă  environ un kilomètre du sommet. Sous l’influence de l’alcool et de la drogue, il s’est effondrĂ© et est dĂ©cĂ©dĂ© ici pendant le Tour de France 1967. J’ai un peu la chair de poule quand je pense Ă  ce qui s’est passĂ© ici, si près du sommet. De nombreux cyclistes laissent ici quelque chose au monument, que ce soit une bouteille d’eau ou simplement une pierre du paysage aride.

Monument Tom_Simpson

Encore une fois, je reprends mon souffle et je me lance dans le sprint final. Encore un kilomètre. Mais le sprint final se transforme plutĂ´t en course d’escargots. Sur la route, il est certes Ă©crit « Attaquer ! – « Attaquer ! », mais – eh bien. Non. Après avoir passĂ© le col des TempĂŞtes, une brèche qui doit son nom aux vents violents et aux intempĂ©ries, je monte vers la tour blanche au sommet. Sur le chemin, quelques paparazzis m’attendent pour me vendre leurs photos plus tard. Comme si je voulais des photos de moi dans cet Ă©tat ! Les petites jambes me font mal. Il ne reste plus qu’un virage, mais il est très difficile Ă  nĂ©gocier. Ici, il y en a encore 15%.

Encore une fois, je suis descendu de la selle et… il ne me restait pas assez d’oxygène pour penser, car je tourne Ă©videmment dans le mauvais sens et me retrouve un niveau en dessous du panneau du sommet. Zut ! De toute façon, je ne peux plus monter Ă  vĂ©lo, alors je fait les derniers mètres Ă  pied.

sommet mont ventoux

Le sommet du Mont Ventoux : C’est fait !

En revanche, une vague de soulagement me traverse maintenant. J’ai rĂ©ussi. C’est incroyable. Le panneau Ventoux est lĂ , âprement disputĂ© par les alpinistes pour obtenir une photo – c’est Ă  cela que doivent ressembler ces sites d’influenceurs branchĂ©s que tout le monde a dĂ» poster sur Insta. Et derrière le panneau du sommet, on a droit gratuitement Ă  une vue magnifique. Quelques nuages de beau temps empĂŞchent la vue sur la mer promise, mais cela n’a aucune importance pour le moment. C’est tout simplement magnifique, mĂŞme sans cela.

Aujourd’hui, j’ai rĂ©ussi Ă  gravir l’une des plus dures montĂ©es d’Europe. Et avec cette vue sur les collines de Provence, je me sens justement rĂ©compensĂ© de mes efforts. Je peux maintenant confirmer que cette montagne est particulière. Ă€ bien des Ă©gards. Et que l’on peut vraiment s’y faire mal comme nous autres cyclistes aimons le faire.

Mont ventoux

Amandine
Amandine
Le vélo est devenu une passion très jeune. Je suis également guide local pendant la période estivale. Cela me permet d'être au contact des personnes ce que j'aime beaucoup.

Articles connexes